CV 2018 – Week-end royal pour les Stadistes

Une médaille et un chrono qui font du bien !

L’un des moments forts de ce week-end restera sans doute la performance sur 400mH de Sylvain Rayroud. Celui qui a longtemps cherché à améliorer ses marques, sans succès, avait vécu la frustration deux semaines auparavant à Langenthal. Bien lancé, il avait chuté sur l’avant-dernière haie, entre rage et pleurs. L’histoire sur son stade, son lieu d’entraînement, s’est passée tout autrement. Relâché, décomplexé, sans aucun stress, le nouveau chef technique du club est sorti des blocs en trombe et a avalé les premières haies sans hésitation. Alors qu’il lui restait la moitié à parcourir, le Stadiste a réalisé une seconde partie en toute décontraction (relative), pour aller boucler le tour de stade en 55″11, PB. Oui Monsieur !
Ce résultat, oh combien encourageant, servira, on l’espère, de superbe tremplin pour les CSI de ce week-end !

Chez les demi-fondeurs et autres fans des tours de stades, on a pu assister à une course orchestrée au millimètre. Baptiste Ulrich, parti en lièvre, à poussé Simon Hollinger et Rémi Laure vers l’avant sur le 800. Ce dernier signe son meilleur chrono sur cette distance en 2’02″16. Le visage quelque peu grimaçant sur la fin, il revient de loin après sa période de convalescence et montre des résultats prometteurs. L’absence d’athlètes stadistes U20 et U18 en compétition a été comblée avec brio par Tom Secheyron sur le 3000m. Le fondeur a couru avec les « grands » et a livré un duel de toute beauté aux côtés de Luca Désgalier (LSA). Il est allé chercher la victoire en 9’20″74 sur un sprint final semblable à celui des Championnats Vaudois de Relais. Son partenaire d’entraînement Luca Martignioni n’a pas eu la même réussite, quelque peu gêné par sa course et terminant 5e des hommes en 9’47″74. Un retour est à noter : Elias Jordan reprend du service et termine en 10’10″32 – pas mal quand on sait qu’il courrait la veille la Course à Travers Pully !

Une génération dorée, une génération qui en veut

Ces noms reviennent fréquemment et pour cause, ils occupent fréquemment les hauts de classements ! A leur habitude Maxime Buttet et Gaspar Martinez-Aldama ont su faire honneur à leur « domicile ». Remportant chacun leurs séries du 80m, les deux compères ont brillé à la 3e et 1ère place en finale, signant tous deux un PB (9″91 et 9″47). Pour Gaspar, le chemin des Suisses s’annonce très intéressant. Autre Stadiste du même groupe, Rémy Rossier avait momentanément troqué ses habituels 600 et 1000 pour venir tenter sa chance sur la ligne droite – bon choix du jeune Stadiste ! Qualifié au temps, Rémy obtient sa meilleure marque en finale (10″25, 6e). PB également en séries pour Nathan Fontanellaz et Amine Benlaroui (11″18 et 11″34), s’ajoutant à d’autres nouvelles meilleures marques.

Mais cette génération ne se contente par que du sprint, elle avale tout sur son passage ! Alors que Maxime allait chercher l’argent au poids avec un lancer mesuré à 11.93 (PB), Rémy retournait en terrain connu, le 600, pour aller remporter l’or, sans jamais s’inquiéter de ses adversaires. Rapide dès le départ, il lui a fallu moins de 200m pour creuser un écart insurmontable pour ses adversaires. En embuscade parmi les poursuivants, Keanu Simasotchi a attendu, comme à son habitude, les 120 dernier mètres pour produire son effort et rafler l’argent sans un sprint endiablé. C’est donc 1’29″41 pour Rémy, puis 1’31″52 pour Keanu.

Tandis que la finale du 80 donnait Gaspar vainqueur, suivi de Romain Cerise (LSA), Maxime et Simon Bilancioni (LSA), la longueur a également été théâtre d’un duel de Lausannois. On prend les même et on recommence ! Il n’a manqué que 4cm à Gaspar (6.26) pour aller chercher Romain tandis que Maxime (5.75) terminait à 10cm de Simon. Une rivalité saine, qui vient alimenter la fougue et la détermination pour laquelle nos athlètes donnent tout. Certes frustrant pour l’athlète mais si passionnant pour les spectateurs qui ont pu admirer un sacré combat à distance.

Ca passe si ça casse

Les fortunes ont été des plus diverses côté féminin, les émotions également.
Annoncée comme l’une des favorites sur le papier, Léa Savoy a tenu son rang. Remportant sa série sur 100, Léa abordait la finale avec sérénité. Mais c’était sans tenir compte de l’autre athlète en forme pour son retour, la Lausannoise Aurélie Gutschmidt (LSA), venue remporter l’or sans laisser l’ombre d’un doute : elle est de retour. Gardant un sourire radieux sur le podium, Léa reprenait place dans les blocs pour le 200m, finale directe. A nouveau aux côtés de sa rivale bleue-blanche, l’habitante de Bossière voulait passer sur la première marche du podium cette-fois ci… mais n’a pas cassé ! Jetant son corps en avant, Aurélie a réussi une seconde fois à décrocher l’or face à la Stadiste. Là encore, pas de quoi faire un drame, le sourire de Léa a, lui, réussi le doublé.

La journée de samedi a également souri à Lisa de Pascali, une autre habituée des sprints et qui s’est hissée sur la 3e marche du podium du 200m féminin. Avec un SB en 26″36, la saison pourrait s’avérer être intéressante pour la Stadiste. Un SB aussi pour la revenante Joana Bianco. De retour sur la piste après une longue convalescence, elle a eu le plaisir de retrouver des sensations et de revoir des athlètes du club.

Une réussite « précoce » et une journée chargée

Néo-U18, Pauline Cardis et Chloé Ponsar était alignées sur le 100m. Tandis que Chloé terminait 3e de sa série, qualifiée au temps en 13″35 (PB), Pauline a foncé en 13″11 (PB), 2e derrière Marithé Engondo (LSA). Elle avait cherché les minimas toute la saison passée pour aller aux Championnats Suisses, avec de rageantes performances à 1 centième des minimas ! Aujourd’hui tout était différent. Bien lancée, l’athlète aux tresses soigneusement plaquées a lâché les chevaux dans sa série et s’est officiellement qualifiée pour les CS ! Un début de saison qui part en trombe, on lui souhaite que ça continue ainsi. Quelque peu émoussée lors de sa finale, elle a couru en 13″27, 5e. Le bronze était en 13″11…

Côté U16, elles sont toujours nombreuses à concourir et pas que sur une seule discipline ! Difficile de suivre tout ce qu’il s’est passé lors de cette journée tant les séries étaient parsemées de Stadistes. Pour exemple, la première série du 80m était composée de 4 Stadistes sur 8 athlètes. Favorites, Kaya Simasotchi et Yasmine Sulzer on toutes deux signé un PB en 10″78 et 10″79. Également qualifiée en signant un PB, Eleni Berard a couru en 11″39, tandis que Dayana Peccatus signait un chrono de 11″14 la série suivante. Le soucis est sans doute venu des efforts à fournir, tant par le nombre de concours que par l’enchaînement de courses : séries, demi-finales, finale. Au fil de la journée, les Stadistes ne répondaient plus et les jambes ont quelque peu trahi Kaya en finale, 6e en 10″97. Yasmine a su puiser dans ses forces pour aller décrocher le bronze en 11″87. Malgré ces efforts à répétition, il semblerait que Kaya avait encore de l’énergie à revendre, sa journée s’étant terminée (tardivement) avec le 80mH et un PB de 13″27 et la médaille d’argent.

Le phénomène Juliette « Juju » Dutruy

Habituée des tours de stade sur 600, 800 ou 1000, l’athlète de Bussy-Chardonnay était alignée sur les concours du 80mH et de la longueur en plus du 600. Dominatrice sur le tour et demi de stade, l’or lui est logiquement revenu avec un temps de 1’39″50. Un peu à la peine sur la dernière ligne droite, il suffira de quelques réglages pour voir la jeune athlète aller encore plus vite et mettre dans le vent ses adversaires. Mais sa performance du jour se trouve au-delà de sa zone de confort. Radicalement différent de sa discipline de prédilection, la longueur lui a souri avec un bond à 4.80. Bien qu’elle ait déjà sauté plus loin, seul l’intouchable Moesha Kibibi (CA Riviera) a fait mieux. Revenir sur cette discipline semble ne lui avoir posé aucun problème et malgré des adversaires habituées du bac à sable, Juliette ne s’est pas laissé impressionner. L’histoire est similaire aux haies où « la Fusée », alignée dans la deuxième finale, a manqué 18 centièmes pour une médaille. L’athlète peut ainsi faire l’état d’une splendide moisson de médailles et de performances et démontre ainsi tout son potentiel. Si un jour une reconversion s’impose, elle aura du choix !

Une relève qui gagne

Ils étaient très, très très, très nombreux. Connu pour sa soif et rage de gagner, Kallon Decitre n’a pas manqué à ses habitudes. Malgré un gabarit sensiblement moins imposant que ses deux adversaires, il a réussi à leur tenir tête et finir 3e de son 60m en 8″52. Avec un PB de 8″48 en séries, cette jeune pousse montre, à l’instar de la sprinteuse Melissa Gutschmidt, que ce n’est pas toujours une histoire de taille, mais aussi de volonté.

Sur 10 fois la distance, un trio a offert le « show ». Cette course très rapide, emmenée par Mathis Ultz (CA Broyard), a vu Eloi Pertuiset Chapuis, Timothée Evard et Nathan Kaeser attendre les 150 dernier mètres pour avaler le meneur en plein virage, bien alignés en rang. Mais une fois le dépassement accompli, il n’y avait plus de place pour la pitié. C’est donc un dernier 100m de folie qui a vu Timothée Evard remporter cette course au grand dam d’Eloi en 1’47″13. Résultat, c’est un podium 100% stadiste qui a été acclamé par la foule ! Pendant ce temps, le U12 Basil Martinez-Aldama remportait le concours de hauteur, étant le seul à avoir franchi la barre des 1.35 (PB).

La journée réussie de Tim Perrone

Athlète assidu et souvent présent aux avant-postes, Tim avait un journée chargée en perspective. Avec pas moins de 4 disciplines, le jeune Stadiste allait devoir gérer son effort mais ne rien relâcher s’il entendait remporter une quelconque médaille. Au sprint, la définition du mot « intouchable » lui est allé comme un gant. Premier de sa demi-finale en 8″94, il n’a pas eu de soucis à se qualifier pour la finale et affronter l’homme à battre : Mathieu Gabioud (COVA Nyon). Malgré un départ canon, l’athlète du club des Sprunger n’a pas su augmenter suffisamment sa vitesse face à Tim qui, lui, a parfaitement réussi l’exercice. Médaillé d’or en 8″86, Tim commençait ainsi sa folle chevauchée. Sur 1000m, face à un autre « intouchable », Adrien Roulet (USY), il a réussi à gérer sa course pour s’assurer l’argent sans laisser revenir derrière lui…
Mathieu Gabioud ! Comme si l’or sur 60m ne lui suffisait pas, c’est avec le 60mH qu’il est venu remporter sa 2e breloque d’or et s’assurer une 3e médaille dans ces championnats.

Eh mais attendez ! C’est pas fini ! En effet, le concours de la longueur s’est avéré très serré. Ne manquant que 4cm pour inscrire un hat-trick doré, Tim terminait donc argenté avec un saut de 4.13… seulement deux centimètres devant….
Basil Martinez-Aldama (Mathieu Gabioud était 4e avec 7cm de moins que Tim – navré si vous aviez cru autrement). Ce concours de longueur a donc vu deux Stadistes monter sur le podium, une très bonne performance !

Des filles qui brillent et qui rebondissent

Côté féminin, la journée a souri à deux athlètes du club et offert un duel acharné – précisions.
Sur le 60m, Melissa Pepe a très vite montré ce dont elle était capable, remportant aisément sa série en 8″71 (PB). Avec un finish digne des pros, c’est avec confiance qu’elle a pu aborder sa finale. Avec un nouveau PB à la clé (8″67), Melissa a décroché une superbe 3e place, sourire débordant pour le reste de la journée. L’autre athlète du jour n’est autre que Tiphaine Walter. Elle n’en est pas à son premier championnat ni à ses premières très bonnes perfs’ mais elle continue d’épater. Dans une finale de 600m divisé en 2 séries, la Stadiste à su tenir le rythme soutenu imposé par la Valaisanne Amandine Vouiloz (SG St-Maurice) et remporter, sourire également, une médaille d’argent. A l’image de Tim, une c’est bien, deux c’est mieux! Inscrite au grand retour du concours du disque pour les catégories junior, elle a remporté une seconde breloque d’argent, derrière sa camarade Naïma Pfanzelter ( 13.27 et 13.85). Sa journée a été couronnée par le bronze de la hauteur où elle a passé 1.40, sans rien pouvoir faire toutefois face à Jamie Arthurs (CA Riviera) – 1.46 et Olivia Pecoraro (LSA) – 1.43.

Et pour clôturer ce « bref » article, quoi de mieux que la saga des 60m U12 féminins, qui a été le théâtre de tant d’émotions. Ce sont pas moins de 5 Stadistes qui se sont qualifiées pour les demi-finales, la plupart à la première place ! Les 2 favorites, Louane Beucler et Salomée Lim ont toutes deux remporté leurs demies respectives. Puis est venu l’affrontement final. Deux sprinteuses à l’appétit énorme, une féroce envie de remporter l’or et une attitude de battantes. Couloirs 4 et 5 occupaient toute l’attention du public. A vos marques, prêts, et le coup de feu. Départ hésitant de Louane, ceci lui a sans doute coûté quelques centièmes. Régulière sur toutes ses courses, Salomée Lim s’est donc adjugé le combat des Stadistes 9″07. Fin de course émotionnelle pour Louane, qui a su se « rattraper » avec le concours de longueur et une seconde médaille d’argent avec 4.13… à 1cm de l’or ! Hat-trick d’argent pour la jeune blonde du Stade Lausanne qui également remporté la 2e place du 1000m en 3’37″43. Histoire similaire pour Maya Etter qui, battue en demie, n’avait plus trop le moral. Mais grâce à sa médaille de bronze sur le 60mH en 13″14, celle qui radie toujours par sa joie aux entraînements avait déjà mis cette déconvenue derrière elle.

Résultats complets SA

Résultats complets DI

Max Cuenoud

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.